Accueil d’une famille réfugiée

Accueil d’une famille réfugiée

Octobre 2017 : les grands-parents les rejoignent

 

Les parents d’Oday, son frère aîné, sa femme et ses 3 enfants qui étaient également en demande d'asile partageaient un petit logement dans un hameau de la Creuse. Une chambre pour 7, c’est peu et la situation était compliquée. Après qu'ils aient obtenu leur statut réfugié, nous avons eu la possibilité de proposer aux grands-parents de rejoindre le jeune couple à Chanteloup. Le grand-père avait été enseignant et directeur d’école à Qaraqosh. Séparés de leurs autres enfants restés en Irak, partis aux Etats-Unis ou réfugiés en France, ils sont néanmoins heureux de retrouver la sécurité et de pouvoir se recueillir à l’église de Chanteloup, accessible à pied.

Ces photos ont été prises en décembre 2017 lors de la messe de confirmation du groupement paroissial, quand ils sont venus se présenter à Mgr Aumonier, évêque de Versailles.

Avril 2017 : un couple avec deux enfants arrive enfin

 

Aujourd'hui, nous accueillons une famille irakienne : Oday (37 ans), sa femme Amwag (23 ans), leur fillette Vaneesa (4 ans) et son petit frère Marius (1 an). Nous sommes heureux de pouvoir vous présenter quelques photos prises à son arrivée et lors de l'accueil chaleureux que lui ont réservé les paroissiens de Carrières et Chanteloup. Les membres de la famille ne parlant qu'araméen et arabe à leur arrivée, nous avons pu profiter de l'aide providentielle d'une voisine libanaise pour établir les premiers contacts.

S'il vous faut un peu de patience pour l'affichage de la 1ère photo, il vous en faudra moins qu'à nos amis qui ont dû attendre leurs visas 9 mois après le dépôt de notre dossier auprès du consulat d'Erbil...

Les vœux 2017 de Sœur Samira

Samira est religieuse dominicaine. C'est la tante d'Oday et de son frère Falah. Bénéficiant du statut de réfugiée en France, elle nous a adressé ses vœux 2017.

soeur-samirah

Poussée à fuir au Kurdistan irakien, ayant tout perdu après que leur maison ait été incendiée comme beaucoup d'autres à Qaraqosh, cette famille vivait dans des conditions précaires à Erbil. Les visas délivrés par les autorités consulaires françaises fin mars lui ont permis d'arriver en situation régulière en avril 2017, durant la semaine de Pâques. Ayant obtenu la qualité de réfugiés fin juin 2017, statut régi par la Convention de Genève, elle est placée sous la protection de l'Office Français de Protection des Réfugiés et des Apatrides (OFPRA).

La situation des chrétiens dans la plaine de Ninive en Irak

 

Qaraqosh après la bataille de Mossoul en fin 2016.

Oday et Amwag, leurs petits enfants Vaneesa et Marius, s'étaient déjà réfugiés à Erbil.

Fraternité Réfugiés de Carrières et Chanteloup

Nativité

Suite à l'appel du pape François relayé par la déclaration de notre évêque Mgr Eric Aumonier, le groupement paroissial a décidé en fin d'année 2015 d'organiser l'accueil d'une famille de réfugiés au sein de notre communauté.

Une équipe de travail a été constituée, prénommée Fraternité Réfugiés de Carrières et Chanteloup (FRCC). La FRCC a présenté le projet au Vicaire épiscopal, le père Xavier Chavane, représentant du diocèse de Versailles. Avec son accord et sur la recommandation du diocèse, nous avons pris contact avec l'Aide à l’Église en Détresse pour bénéficier d'un organisme collecteur autorisé à remettre les reçus fiscaux annuels. La collecte des dons a démarré dès le mois de janvier 2016 pour constituer un fonds de soutien et mobiliser plusieurs familles autour de ce projet d'accueil.

Nous remercions tous ceux qui ont répondu favorablement en ayant déjà fait une promesse de don régulier pour financer le projet. Merci de verser votre don mensuel au plus tard le 10 de chaque mois, en espèces ou par chèque à l’ordre de : AED 16REF09. Toute nouvelle personne souhaitant rejoindre le projet pour le soutenir, financièrement et/ou en bénévolat, est encouragée à le faire. Vous pouvez continuer à remettre votre promesse de don et votre contribution au secrétariat, dans les boîtes aux lettres de chaque paroisse. Si vous souhaitez procéder par prélèvement automatique, remettez-nous s'il vous plait le formulaire rempli avec votre RIB.

Historique plus détaillé du projet

Nous avons d'abord recherché une famille à accueillir avec l'aide de la Pastorale des Migrants et des Réfugiés du diocèse et de l'Œuvre d'Orient. Les migrants envoyés en France à partir des camps d'Italie et de Grèce étant relocalisés par mesure gouvernementale hors d'Ile de France, quelques propositions que nous avons eues en dehors de ces procédures n'ont pas eu de suite.

Informée de notre projet par l'association Saint-Vincent-de-Paul que nous avions rencontrée sur des questions locatives, l'association Eleutheros nous a proposé d'accueillir une famille chrétienne en danger (2 parents, 1 fillette et 1 bébé). Notre dossier a été transmis aux autorités consulaires françaises établies en Irak qui devaient vérifier leur situation avant d'autoriser l'asile en France d'Oday (né en 1980), de sa femme Amwag (1993) et de leurs deux enfants Vaneesa (2013) et Marius (2016). Fin novembre 2016, leur tante qui est religieuse en France avait pu nous donner quelques nouvelles : « chassés de leur ville car ils sont chrétiens, ils ont perdu maison, travail et argent. Ils ont fui au Kurdistan irakien et partagent une caravane à Erbil avec leur frère Falah et ses 3 enfants. Ils sont en bonne santé mais ils ont froid et ils désespèrent de pouvoir enfin partir en France. Je leur dis de ne pas perdre espoir et je prie beaucoup pour eux ».

En attendant l'arrivée de la famille, un hébergement de premier accueil a été préparé au sein du groupement paroissial de Carrières et Chanteloup et des travaux ont été réalisés pour permettre la cohabitation avec les occupants actuels (aménagement d'un pièce de séjour en rez de chaussée, création d’une salle de bains indépendante et peintures des chambres au 2e étage). Que ce soit pour cet hébergement temporaire ou pour l’appartement qui prendra la suite, un appel aux dons et aux associations a été lancé pour compléter l’installation et une liste de besoins à pourvoir a circulé (meubles, petit équipement, linge de maison…). 

message_aumonier

Fin septembre 2016, Mgr Aumonier avait souhaité rappeler l'importance d’accueillir les réfugiés