L’Arc-en-Ciel – novembre 2020

L’Arc-en-Ciel – novembre 2020

L’Arc-en-Ciel – novembre 2020

La Vie, après la vie ?

En me posant cette question, j’ai pensé au Dr Raymond Moody, l’auteur du livre « La vie après la vie » qui rassemble les témoignages des personnes revenues à la vie après avoir été déclarées cliniquement mortes. Mais ce livre n’apporte pas réellement grand-chose de nouveau ; car, au 1er siècle avant Jésus-Christ, l’auteur du livre de la Sagesse affirmait que « Dieu a créé l’homme pour l’incorruptibilité, il a fait de lui une image de sa propre identité » (Sg 2, 23). Ce que corrobore saint Paul en déclarant aux Corinthiens : « Nous serons transformés… car, il faut que ce qui est périssable devienne impérissable » (1Cor15 51.53).

En effet, tout le mystère de la mort ou de la vie après la mort, s’éclaire à partir de la foi en Jésus-Christ qui est mort et ressuscité. Par le baptême, nous aussi, nous sommes configurés au Christ pour hériter de la vie éternelle (une vie sans fin qui va de la Conception jusqu’au-delà de notre mort). Ainsi, en Jésus-Christ, la mort prend un sens nouveau. En évoquant sa propre mort, le Christ a utilisé l’image du « grain de blé tombé en terre et qui ne meurt pas » (Jn 12,24), pour nous faire comprendre que la vie n’est pas détruite avec la mort; mais elle est transformée. Il ne s’agit pas simplement de continuer à vivre, mais d’entrer dans une vie nouvelle, une nouvelle relation avec Dieu. Avant de ramener à la vie la fille de Jaïre, Jésus annonce à ses parents qu’« elle n’est pas morte, elle dort » (Lc 8,52). Autrement dit, elle se réveillera. C’est dans ce sens que nous pouvons lire les épitaphes sur lesquelles il est écrit : « ici repose… » ou « …repose en paix ». Le repos comme le sommeil n’est pas un état définitif. On attend le réveil ou le relèvement pour continuer le chemin vers la destination définitive : la Maison de notre Père où Jésus nous a précédés pour nous « préparer une place » (Jn 14, 2).

La fête de tous les saints et la commémoration des fidèles défunts qui ouvrent ce mois de novembre ravivent notre Espérance qu’un jour nous siègerons à la place que Jésus nous a préparée ; car les saints qui nous ont précédés dans la demeure éternelle de Dieu, contemplent déjà la gloire de la face du Seigneur. Par contre, les fidèles défunts (ceux qui ont cessé leur fonction sur la terre dans la foi au Christ Sauveur) attendent dans le sommeil de la mort, avant de prendre place aux cotés du Christ, dans la Maison du Père.

En somme, tous ceux qui ont quitté cette vie sont en attente du jour de la manifestation éclatante de la Vie Nouvelle. Fort de cette conviction saint Paul déclare : « Jésus, nous le croyons est mort et ressuscité, ceux qui sont endormis… seront pour toujours avec le Seigneur… Ils ressusciteront » (1Thes 4, 13-18).


Père Alain Biniakounou – © 2020


Lire la suite du bulletin : Arc-en-Ciel 11 2020

Accéder à tous les bulletins Arc-en-Ciel

 


 

Lectures de ce Dimanche

Textes de la base de données des « Services de la Liturgie Catholique »
éditeur : Association Episcopale liturgique pour les pays francophones

Lectures du jour